Les cours privées milanaises et leurs surprises…

C’est souvent en poussant les portes fermées ou à moitié fermées que l’on découvre les plus belles choses…

C’est bien connu: les biens de valeur sont mis à l’abri des regards indiscrets. Quand on se balade dans une ville, il suffit parfois de quelques secondes pour apercevoir par l’entrebâillement d’une porte qui se ferme une cour, une fontaine dans un patio. Le tout est d’avoir le regard suffisamment vif, d’avoir un peu de chance pour ne rien rater de ces moments pendant vos espacades.

 

 

Milan est une ville d’art et ne fait pas exception à la règle:  en ouvrant bien les yeux, on peut faire de jolies découvertes comme par exemple ces statues trouvées dans le hall d’entrée d’un immeuble milanais. Ces statues représentent, vous l’aurez sûrement remarqué, des anges jouant chacun d’un instrument de musique différent, cela ne sont que des exemples de ce que l’on peut trouver dans cette ville.

Elles accueillent les invités et les résidents, trois étant lignées sur la droite les trois autres étant alignées sur la gauche formant une haie d’honneur.

Milan est habité en partie par une population très riche et les  immeubles sont parfois somptueusement décorés. La bourgeoisie milanaise aime le luxe du genre haut de gamme. Ces cours privées richement décorées se retrouvent beaucoup dans les pays du bassin méditerranéen, ces pays ayant une tradition de patios depuis des centaines d’années.

Il faut parfois aller vite, les halls sont souvent gardés par des concierges qui entendent bien protéger l’intérieur du bâtiment des regards curieux des touristes, et on les comprend!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette rapidité d’observation ne doit pas s’appliquer qu’aux portes dérobées mais plus généralement à tous les détails d’une ville; sonnettes, corniche de bâtiments, rame de métro… autant d’éléments qui constituent le décor quotidien de milliers de personnes. Ces éléments, ces détails font penser à certains instruments de musique ou arrangement de chansons: personne ne les remarque sur la bande son en premier pourtant s’ils n’étaient pas là, une sensation de manque ou de vide se dégagerait.

Les portes dérobées révèlent leur spectacle une fois que l’on prend le temps de tourner la tête dans la bonne direction et que les appareils photos n’ont plus qu’à faire leur travail pour saisir ce qui reste habituellement loin d’eux…

Laisser un commentaire